Bonheur au travail

Posté le 6 juin 2019


Un enjeu majeur

Pour les travailleurs, mais aussi pour les entreprises (même si certaines ne l'ont pas encore compris, ou font semblant - nous allons voir comment).

 

Pour les travailleurs, l'intérêt va de soi. Pour les entreprises, il faut être convaincu que le bonheur au travail des collaborateurs est un des principaux facteurs de succès de l'entreprise, en tant qu'objectif en soi, ou indirectement en tant qu'effet positif sur la réussite économique.

 

La mauvaise nouvelle

Les à-côtés comme les espaces cosy, les baby-foot, le décor, la conciergerie, le salaire (à partir d'un certain niveau) n'influent quasiment pas, ou de manière très éphémère, sur le bonheur au travail. S'il n'y a que ça, c'est peut-être le signe d'une entreprise qui fait semblant.

 

Mais alors ?

Ce qui compte, c'est de placer les collaborateurs dans les conditions de réaliser un travail qui donnera satisfaction à soi-même et aux autres.

Cela ne repose pas sur des "Responsables du bonheur" mais sur le management qui a là un rôle crucial :

  • mettre les collaborateurs en capacité de bien faire leur travail,
  • donner du sens à ce qui est demandé et réalisé,
  • inciter chacun à participer aux objectifs communs,
  • donner de la visibilité,
  • guider les initiatives sans confiner dans des rôles,
  • exprimer des feedbacks correctement (faits, effets, comment reproduire ce qui est positif et ne pas reproduire ce qui est négatif).

Bref, le bonheur vient de la possibilité de s'accomplir en alignement avec la finalité de l'entreprise. La pyramide de Maslow est toujours d'actualité.

 

Et concrètement ?

C'est travailler différemment en déverrouillant les possibilités données à chacun et en autorisant les fonctionnements transverses, tout en gardant la maîtrise vers les objectifs.

L'information est au cœur du fonctionnement des entreprises. Et bien trop souvent, les permissions sur les fichiers bloquent l'initiative. Les répertoires cloisonnent les équipes. On ne sait pas ce qu'il se passe sur tous ces fichiers unitaires et éparpillés. Kolivi, né de ce constat, lève ces limitations pour permettre le management participatif : contributions facilitées, mise en visibilité, résultat collectif respectant l'apport de chacun.

Le management participatif s'appuyant sur kolivi démultiplie de manière surprenante la capacité de chacun à réaliser un travail ayant du sens au niveau individuel et collectif, source du bonheur au travail.

 

https://www.kolivi.com